vendredi 26 août 2016

Updatengine : désinstaller un logiciel avant d'en installer un nouveau

Nous avons déjà parlé d'Updatengine dans ces pages : c'est un logiciel libre de déploiement de logiciels pour Windows composé de clients sur chaque poste contrôlés par un serveur développé sous Python/Django. Je l'utilise avec bonheur en production sur un parc d'une trentaine de machines avec grande satisfaction.

Récemment, j'ai cherché à désinstaller un logiciel avant d'en installer la mise à jour.

Possibilité 1 : le logiciel est déployé avec Windows Installer

Si le logiciel a été déployé avec Windows Installer, alors l'utilitaire "wmic" permet de le désinstaller. Le script de désinstallation pourra alors ressembler à :

wmic product where "name like 'Logiciel%'" call uninstall
logiciel-nouvelle-version.exe /s
section_end
download_no_restart

Par exemple, pour désinstaller les anciennes versions de Java avant d'en installer une nouvelle, on pourra utiliser :

wmic product where "name like 'Java%'" call uninstall
jre-8u101-windows-x64.exe /s
section_end
download_no_restart

Possibilité 2 : s'il n'est pas visible/désinstallable avec WMIC

On peut alors simplement exécuter le désinstallateur (à condition d'en connaître le chemin) :

IF EXIST "C:\Program Files\Logiciel\uninstall.exe" ("C:\Program Files\Logiciel\uninstall.exe" /s Logiciel-nouvelle-version-install.exe /s) ELSE (Logiciel-nouvelle-version-install.exe /s) )

Par exemple pour SumatraPDF, lecteur PDF libre pour Windows, cela pourra devenir :

IF EXIST "C:\Program Files\SumatraPDF\uninstall.exe" ("C:\Program Files\SumatraPDF\uninstall.exe" /s SumatraPDF-3.1.2-install.exe /s) ELSE (IF EXIST "C:\Program Files (x86)\SumatraPDF\uninstall.exe" ("C:\Program Files (x86)\SumatraPDF\uninstall.exe" /s SumatraPDF-3.1.2-install.exe /s) ELSE (SumatraPDF-3.1.2-install.exe /s) )

Bon entretien de vos machines !

lundi 15 août 2016

Kazam & XFCE, utiliser le compositing pour sélectionner une zone

Kazam est un outil logiciel pratique pour effectuer un enregistrement vidéo de son écran (par exemple pour réaliser un screencast). Cependant, sous XFCE paramétré par défaut sous Debian Jessie, la fonctionnalité "enregistrer une zone" est délicate à utiliser car le contenu de l'écran ne s'affiche pas lors de la sélection de zone... il faut alors sélectionner un peu par hasard dans la zone grise en espérant choisir le bon endroit.

Qu'à cela ne tienne, ce comportement est uniquement dû à une erreur de composition et en se rendant dans "XFCE Settings Manager", puis "Window Manager Tweaks", onglet "Compositor" et en activant l'option "Active display compositing", alors la sélection de zone par Kazam devient fonctionnelle sans compromis !

dimanche 3 juillet 2016

Des statistiques libres avec Rstudio, déployé en quelques minutes

R est un puissant outil et langage d'analyse statistique. S'il est possible d'installer tout le nécessaire à l'utilisation de R sur un poste, Rstudio est une plaisante alternative avec une utilisation via le navigateur des outils hébergés sur un serveur. Cela peut se révéler pratique pour éviter un déploiement sur des postes clients et permettre aux utilisateurs de travailler sur leurs données en tout lieu.

Nous allons voir ici comment installer Rstudio en quelques étapes faciles.

Installation de base

On considère être sur une version de Debian stable (par ex. actuellement Jessie).

apt install r-base
apt install gdebi-core
wget https://download2.rstudio.org/srtudio-server-0.99.902-amd64.deb
gdebi rstudio-serveur-0.99.902-amd64.deb

Il est possible que la version la plus récente de rstudio-server ne soit pas celle donnée ici. C’est pourquoi il est conseillé de visiter https://www.rstudio.com/products/rstudio/download-server/.

À l'issue de cette étape, le serveur Rstudio doit être actif et accessible sur le port 8787 : http://localhost:8787 (on remplacera localhost par le nom d'hôte ou l'adresse IP routable de la machine si elle est distante).

Plaçons Apache en reverse proxy devant

On considère ici qu'Apache est déjà présent sur la machine, sinon on l'installera par apt install apache2.

Dans le fichier /etc/apache2/sites-available/rstudio.conf, on place le contenu suivant :

<VirtualHost *:80>
  ServerName rstudio.domaine.tld
  <Proxy *>
    Allow from localhost
  </Proxy>
 
  ProxyPassMatch ^/p/([0-9]+)/(websocket|.*/websocket)/$ ws://localhost:8787/p/$1/$2/
  ProxyPass / http://localhost:8787/
  ProxyPassReverse / http://localhost:8787/
  ProxyRequests Off
</VirtualHost>

On active alors le module proxy d'Apache puis le site :

a2enmod proxy_http
service apache2 restart
a2ensite rstudio.conf

Et dans /etc/rstudio/rserver.conf, on place la ligne suivante :

www-address=127.0.0.1

Un petit coup de certbot pour l'HTTPS

Récupérons maintenant un certificat HTTPS via Certbot :

certbot –apache

Le tour est joué, rstudio est désormais accessible derrière https://rstudio.domaine.tld

Autorisations d'accès à Rstudio

Pour la gestion des profils, Rstudio utilise les utilisateurs locaux de la machine. Nous allons ajouter la ligne suivante dans /etc/rstudio/rserver.conf :

auth-required-user-group=rstudio-users

Ainsi, seuls les utilisateurs faisant partie du groupe rstudio-users pourront utiliser Rstudio. Il ne reste plus qu'à créer les utilisateurs et les placer dans le bon groupe !

P.S. Merci à Brendan qui m'a aidé pour ce déploiement et cet article !

lundi 27 juin 2016

CSS pour Select2 et Bootswatch 3.3.6 Flatly

Si vous utilisez Select2 et une CSS Bootswatch Flatly, vous déplorez peut-être la non homogénéité des apparences. Le petit fragment de CSS ci-dessous permet d'optimiser l'affichage des champs Select2 :

/* Optimize Select2 css to work with the Bootswatch Flatly theme */
.select2-selection {
    border-width: 2px !important;
    box-shadow: none !important;
    color: #2c3e50 !important;
    border-color: #0054a0 !important;
    border: 2px solid #dce4ec !important;
    border-radius: 4px !important;
    height: 45px !important;
    padding: 10px 15px !important;
    font-size: 15px !important;
    line-height: 1.42857143 !important;
    font-family: inherit !important;
}

.select2-container--default .select2-selection:focus{
    border-bottom-width: 2px !important;
    outline: none !important;
}

.select2-dropdown {
  border: 2px solid #dce4ec !important;
}

.select2-selection__rendered{
    color: #2c3e50 !important;
    padding-left: 0px !important;
}

samedi 4 juin 2016

vnstat sur Raspberry Pi pour surveiller le trafic réseau

Nous allons voir ici comment installer vnstat pour surveiller le trafic réseau et afficher une petite page de synthèse sur l'utilisation du trafic. Cela peut-être utile par exemple pour mesurer le trafic traversant une passerelle Raspberry Pi construite tel que raconté ici.

vnstat en ligne de commande

Tout commence avec (e.g. sous Raspbian Jessie) :

apt install vnstat vnstati

Demandons alors à vnstat de créer une base de données du trafic pour l'interface que l'on veut surveiller :

vnstat -i eth0 -u

Désormais, un appel à la commande vnstat affiche en ligne de commande une synthèse sur le trafic réseau :

vnstat -u #Mise à jour des informations
vnstat #Affichage de la synthèse
Database updated: Sat Jun  4 13:02:00 2016

   eth0 since 29/05/16

          rx:  136.26 MiB      tx:  411.92 MiB      total:  548.18 MiB

   monthly
                     rx      |     tx      |    total    |   avg. rate
     ------------------------+-------------+-------------+---------------
       May '16    134.72 MiB |  410.23 MiB |  544.94 MiB |    1.67 kbit/s
       Jun '16      1.55 MiB |    1.69 MiB |    3.24 MiB |    0.09 kbit/s
     ------------------------+-------------+-------------+---------------
     estimated         8 MiB |       8 MiB |      16 MiB |

   daily
                     rx      |     tx      |    total    |   avg. rate
     ------------------------+-------------+-------------+---------------
      29/05/16    134.72 MiB |  410.23 MiB |  544.94 MiB |   51.67 kbit/s
         today      1.55 MiB |    1.69 MiB |    3.24 MiB |    0.57 kbit/s
     ------------------------+-------------+-------------+---------------
     estimated         1 MiB |       1 MiB |       2 MiB |

vnstat sur une page web

vnstati est une commande parente de vnstat qui génère une image de synthèse plutôt qu'un tableau. Pratique pour nous, êtres humains, qui aimons la bigarrure ! Alors demandons à vnstati de nous géréner quelques images à l'aide de ce script que l'on pourra placer dans cron :

#!/bin/bash
vnstat -u -i eth0
vnstati -s -i eth0 -o /var/www/html/summary.png
vnstati -h -i eth0 -o /var/www/html/hourly.png
vnstati -d -i eth0 -o /var/www/html/daily.png
vnstati -t -i eth0 -o /var/www/html/top10.png
vnstati -m -i eth0 -o /var/www/html/monthly.png

Et pour afficher ces images, nous allons utiliser une petite page web et nginx :

apt install nginx

puis remplaçons la page par défaut /var/www/html/index.nginx-debian.html par index.html contenant :

<!doctype html>
<html>
<head>
<meta charset="utf-8">
<title>Statistics</title>
</head>

<body>
<h2 align="center">Network Statistics</h2>
<hr align="center">
<p align="center"><img src="summary.png" alt="Summary"/><br/>
  Summary
</p>
<hr align="center">
<p align="center"><img src="hourly.png" alt="Traffic stats on a hourly basis for the last 24 hours "/><br/>
  Traffic stats on a hourly basis for the last 24 hours
</p>
<hr align="center">
<p align="center"><img src="daily.png" alt="Traffic stats on a daily basis for the last 30 days"/><br/>
  Traffic stats on a daily basis for the last 30 days
</p>
<hr align="center">
<p align="center"><img src="monthly.png" alt="Traffic stats on a monthly basis for the last 12 months"/><br/>
  Traffic stats on a monthly basis for the last 12 months
</p>
<hr align="center">
<p align="center"></p>
<p align="center"><img src="top10.png" alt="All time top 10 traffic days"/><br/>
  All time top 10 traffic days</p>
<hr align="center">
</body>
</html>

et si l'on pointe un navigateur vers l'adresse IP du Raspberry Pi, on voit alors s'afficher :

Screenshot_2016-06-04_15-28-00.png

Un Raspberry Pi en passerelle IPv4, pour surveiller des flux réseaux par exemple

Nous allons voir dans ce billet comment paramétrer un Rasperry Pi pour qu'il joue le rôle de passerelle IPv4. Attention, avec son interface ethernet 100 Mbps et sa puissance limitée, il est évident que le montage présenté ici peut convenir dans un environnement domestique mais sans doute pas au-delà.

Matériel

Prenons donc un Raspberry Bi (muni de Raspbian Jessie) et munissons-le d'un port ethernet USB. Le Pi dispose alors de 2 interfaces ethernet eth0 et eth1 :

pi-bi-eth.jpg

Il n'est pas obligatoire d'avoir deux interfaces réseaux mais cela est plus commode et permet un suivi plus fin du trafic (avec une seule interface, tout ce qui rentre ressort par la même interface et il est dès lors plus délicat de comparer flux entrants et flux sortants puisqu'ils s'annulent au niveau de l'interface unique.

Paramétrage du réseau

Attribuons des paramétrages réseau fixes à eth0 et eth1 dans /etc/dhcpcd.conf comme expliqué ici :

interface eth0
static ip_address=192.168.1.235/24
static routers=192.168.1.1
static domain_name_servers=192.168.1.1

interface eth1
static ip_address=192.168.1.234/24

L'interface eth0 est paramétrée avec une IP fixe et utilise comme passerelle de sortie le routeur local (192.168.1.1 dans cet exemple). L'interface eth1 se voit attribuer seulement une adresse IP fixe mais pas de passerelle de sortie. Ainsi, la seule route vers l'extérieur passe au travers d'eth0, ce que nous confirme la commande ip route :

default via 192.168.1.1 dev eth0  metric 202 #La sortie par défaut via eth0, pas de sortie via eth1 !
192.168.1.0/24 dev eth0  proto kernel  scope link  src 192.168.1.235  metric 202 
192.168.1.0/24 dev eth1  proto kernel  scope link  src 192.168.1.234  metric 203

Il faut maintenant permettre au Raspberry Pi de faire transiter les paquets d'une interface à une autre. Pour ce faire, nous allons activer cette ligne dans /etc/sysctl.conf :

net.ipv4.ip_forward=1

et on ajoutera également ces 3 lignes pour s'assurer que le Raspberry Pi n'enseigne pas aux périphériques autour de lui à le "by-passer" (ce qu'un routeur fait par défaut pour garantir la performance et éviter les noeuds inutiles) :

net.ipv4.conf.all.send_redirects = 0
net.ipv4.conf.eth0.send_redirects = 0
net.ipv4.conf.eth1.send_redirects = 0

Pour activer cette configuration, on peut redémarrer ou exécuter :

sysctl -p

Désormais, le Raspberry Pi est capable de faire passer les communications d'eth1 à eth0 mais la route retour ne passe pas nécessairement par le Pi (le routeur n'a aucune raison, lui, de faire transiter le trafic retour vers le Pi s'il peut accéder directement au périphérique final ; évidemment ce cas ne se présente pas si le schéma de câblage fait du Pi le seul lien physique vers la porte de sortie).

Pour forcer la retour par le Pi, on exécutera cette commande iptables :

iptables -t nat -A POSTROUTING -o eth0 -j MASQUERADE

Désormais, tout ce qui sort par eth0 voit son adresse source modifiée (filtre MASQUERADE appliquée en POSTROUTING) pour correspondre à l'adresse du Pi : au retour les paquets passeront donc forcément par le Pi qui renverra ensuite vers la bonne destination.

Et sur les périphériques ?

Sur chaque périphérique, il est alors possible d'indiquer comme passerelle l'adresse IP du Pi sur eth1 soit 192.168.1.234 dans cet exemple. Chacun saura comment indiquer à son DHCP local si nécessaire de transporter cette information plutôt que celle par défaut. Dès lors, le Pi devient le point de passage obligé du trafic réseau.

Pour quoi faire ?

Par exemple, nous pouvons maintenant examiner le flux traversant, mesurer le débit avec iftop, couper l'accès à internet à certaines heures, ... On pourra par exemple installer vnstat sur le Pi pour afficher des statistiques d'usage de la bande passante. Les idées ne manquent pas :-)

- page 1 de 11